Le projet S-3 EUROHAB va surveiller la prolifération d'algues toxiques depuis l’espace

mardi 09 mai 2017

Chef de File: Plymouth Marine Laboratory
Le budget total du Projet: 3,7 millions d’euros
Fonds Européen de Développement Régional: 2,6 millions d’euros.
Nombre de partenaires: 9 (5 français, 4 anglais)
Durée du Projet: 4 ans

Dirigé par Plymouth Marine Laboratory, notre dernier projet utilisera la technologie satellitaire pour améliorer la façon dont les efflorescences d'algues toxiques (Harmful algae blooms, HAB) et la qualité de l'eau sont suivis dans la Manche.

Les HABs sont dus à une croissance excessive d’algues marines microscopiques qui relâchent des toxines dans l’environnement marin pouvant ainsi tuer les poissons, et qui présentent même des dangers pour l’homme s’il consommait du poisson contaminé. Ils peuvent ainsi avoir un effet extrêmement néfaste sur l’industrie de la pêche, et également sur l’industrie touristique. Au sein de l’Union européenne, le coût annuel des algues toxiques pour ces industries est estimé à €918 millions d’euros.

Le projet, intitulé S-3 EUROHAB, utilisera les données du satellite européen Copernicus Sentinel 3 pour suivre la croissance et la propagation des efflorescences dans la Manche. Ces données seront ensuite utilisées pour développer un système d'alerte sur internet, afin de prévenir les gestionnaires du milieu marin et les industries de pêche de la prolifération des efflorescences. C’est la première fois qu’un tel système est développé en Europe. Le système d'alerte permettra d’accélérer le temps d’intervention visant à empêcher la propagation des algues toxiques, réduisant ainsi les millions d’euros dépensés en France et au Royaume-Uni, chaque année, à cause des HABs. Des donnés supplémentaires seront recueilles afin de mieux comprendre pourquoi, comment et quand les efflorescences se produisent.

Les méthodes de surveillance des HABs actuellement utilisées sont chères et inefficaces, avec un coût de 2 millions d’euros par an qui couvre seulement 6% de l’espace Manche. Non seulement les méthodes développées par S-3 EUROHAB coûteront moins chères, soit 42,000 euros par an, mais elles pourront aussi couvrir la totalité de l’espace Manche.

A l’issue de cette annonce, le Dr. Gavin Tilstone de Plymouth Marine Laboratory, chercheur principal du Projet, a déclaré que: ‘Les méthodes de surveillance actuelles des HABs peuvent être améliorées en utilisant des données de couleur de l'eau fournies par les satellites, surtout grâce aux dernières avancées technologiques et au lancement récent des satellites européens. Le projet utilisera ces données satellitaires pour créer un système d'alerte sur internet qui sera conçu avec les gestionnaires du milieu marin, ainsi que les autres utilisateurs finaux, afin d’améliorer le suivi marin des HABs dans l’espace Manche.’